Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 09:07

Dans la série "redécouverte des voies oubliées" nous sommes allés, ce dimanche 1er septembre 2013, visiter la voie Laurence dans les gorges du Nan. L'approche est commune à la voie Pastrou jusqu'en haut de la corde fixe, puis on bifurque à gauche. Le manque de fréquentation de la voie est flagrant, la végétation reprend ses droits et le rocher n'est pas purgé.

Les trois premières longueurs sont en rocher douteux, les trois dernières en rocher meilleur. Les cotations proposées par les topos paraissent, comme souvent dans les vieilles voies, en-dessous de ce qu'un grimpeur rencontre dans les voies "modernes". La quasi absence de points augmente encore la notion de difficulté.

Il faut donc avoir de la marge pour s'engager dans une telle voie, et un gros moral.

Les longueurs telles qu'elles nous ont parues:

L1: 4c, un mur en rocher fracturé, rétablissement dans l'herbe puis un peu de rocher facile.

L2: 5b, mur raide bien prisu puis rocher fracturé

L3: 5b/5c, on redescend 5m pour prendre une fissure à gauche du relais

L4: 4c/5a, on continue dans la fissure à droite ou on passe au-dessus du piton dans du rocher gris. Rocher médiocre au début puis belle section de rocher sculpté. Relais intermédiaire facultatif. Après le troisième piton on traverse à droite pour se rétablir dans du rocher incertain pour atteindre une bonne vire. Relais sur deux pitons et un spit de 8mm.

L5: A1/5c, une fissure déversante est équipée d'un piton suivi d'un coin de bois avec une cordelette blanche et un dernier piton qui facilite le rétablissement. Il faut tout de même compléter avec des gros friends ou hexentrics pour passer en artif. La suite de la voie reste relevée. Relais sur une vire, anneau et deux pitons.  

L6: 5c,  on suit la vire sur la gauche pendant quelques mètres pour trouver une fissure sans équipement. Un pas délicat peut s'éviter en s'aidant de l'écaille à main droite, mais au-dessus, un pas de 6a sans protection devient obligatoire avant de reprendre la fissure.

 

Retour par un bon sentier, prendre à droite à chaque bifurcation. On rejoint la route.

 

Photos dans l'album: Gorges-du-Nan--Laurence Gorges-du-Nan--Laurence

Topo C2c: ici 

 Gorges du Nan

P9010019

Repost 0
Published by lescaladepourlesnuls.over-blog.com - dans Vercors
commenter cet article
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 14:04

Ces deux voies ont été ouvertes récemment (2010) par H.Rondeau et Ph.Gay en face ouest du Gerbier. Elles viennent compléter quelques vieilles voies faciles- comme le pilier Jonot-Martin- et donnent un intérêt certain à cette face dont la marche d'approche est un peu fastidieuse. Quand on se refuse à utiliser les moyens modernes tels que les remontées mécaniques!

Le rocher sur lequel sont tracées ces voies est bon, beau voire magnifique et réserve quelques passages en cannelures inoubliables. Seule la sortie de la deuxième longueur des Rois de  la touffe est quelque peu herbeuse.

 

Topo C2C: ici et

Photos dans l'album: Gerbier--Allez-les-Boeufs-et-Les-rois-de-la-Touffe Gerbier--Allez-les-Boeufs-et-Les-rois-de-la-Touffe

 

Dernière longueur de Allez les boeufs!

P8110012

Repost 0
Published by lescaladepourlesnuls.over-blog.com - dans Vercors
commenter cet article
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 08:41

Dimanche 4 août 2013.

A la recherche d'un secteur à l'ombre, nous sommes allés grimper au-dessus de Méaudre, avec comme objectif d'enchaîner les deux voies.

L'accés s'effectue par trois rappels dans "l'érudit des rudistes".

Le site est trés isolé, tranquille, avec une vue magnifique sur les gorges de la Bourne et les hauts sommets du Vercors.

Les voies sont intéressantes, trés bien équipées. Les difficultés sont réduites à la deuxième longueur d'un "extrème à l'autre" qui est un dièdre fissuré bien vertical (5c/6a) et à la troisième longueur de "l'érudit des rudistes" qui est une superbe dalle (6b qui passe en A0).

 

Topo C2C: ici et

 

Photos de l'album: Rocher-de-Gonson--les-deux-voies Rocher-de-Gonson--les-deux-voies

 

 L4 de l'érudit...

P8040024

Repost 0
Published by lescaladepourlesnuls.over-blog.com - dans Vercors
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 11:35

Dimanche 14 juillet, au lieu de défiler, nous avons choisi, Michel et moi de visiter une vieille voie tombée dans l'oubli. La voie des Stéphanois démarre en face sud du gendarme de la petite Cournouse au niveau d'un ébouli instable. Le premier piton est bien visible à environ trois mètres de hauteur. N'étant que trés peu parcourue, certaines parties de la voie sont un peu envahies par la végétation (buis) et le rocher, pas toujours bon, mériterait une bonne purge. Quelques longueurs sont belles, L2 bien verticale sur un rocher gris compact, le début de L3 et la superbe fissure de L5 commune à la voie Hoki. L'équipement est minimaliste, quelques pitons âgés qu'il faut compléter avec des coinceurs et des sangles sur buis. A noter que L5 étant commune à Hoki, on y rencontre de loin en loin les plaquettes des frères Rémy, ce qui ne dispense pas de placer des protections dans les intervalles! Le niveau requis est, à mon avis, un bon 6a, avec une certaine expérience du placement des protections. Les relais sont parfois à aménager sur buis,  coinceurs et  becquets.

 

Topo C2C: ici

Quelques photos dans l'album: Gendarme-de-la-petite-Cournouse--les-Stephanois Gendarme-de-la-petite-Cournouse--les-Stephanois 

 

 Michel arrive à R2

7 Michel arrive à R2    

 

Repost 0
Published by lescaladepourlesnuls.over-blog.com - dans Vercors
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 11:09

Dans le cadre de notre formation au terrain d'aventure (TA), Michel et moi avons choisis de placer les protections dans la voie du dièdre à Serre Châtelard. Je connaissais l'itinéraire pour y être venu en 2011 avec Bernard, mais à l'époque, je n'avais gravi en tête que les longueurs les plus faciles.

Aujourd'hui, autre paire de manches, je grimpe en tête - sauf dans L4- et les difficultés apparaissent d'autant plus importantes qu'il faut se protéger à l'aide de coinceurs.

Michel a eu la bonne idée d'acquérir un jeu de gros hexentrics qui vient compléter nos vieux friends et autres bicoins.

L1: départ dans une fissure assez large protégeable par un friend (WC n°4) puis par un hexentric, terrasse puis fissure verticale où on peut poser un petit friend et/ou un petit bicoin. On arrive sur une mini-terrasse, on y trouve une plaquette toute neuve qui protége efficacement le dièdre malcommode qui fait suite. Dans le haut du dièdre on peut poser un bicoin. Le relais est bien confortable sur un buis sain et costaud.  5c. 

L2: courte longueur en cheminée difficilement protégeable. Un gros friend (WC n°4) au fond de la fissure et puis c'est tout! 4c/5a. 

L3: la longueur la plus difficile pour moi, longue et technique. Du coup, j'ai placé tout ce que je pouvais pour compléter les quatres pitons que j'ai rencontré. On part dans la fissure en opposition pour vite s'écarter à gauche dans la dalle pour rejoindre un piton. Un système de fines fissures (un piton à sa base) permet de progresser de gauche à droite pour rejoindre un dièdre par une traversée (un piton) . On remonte ce dièdre et on le quitte à droite au niveau d'un piton  par une traversée un peu engagée (surtout pour le second) pour atteindre le genévrier du relais. On peut poser une sangle sur un becquet juste avant l'arbre pour diminuer cet engagement. 6a.

L4: au-dessus du relais on rejoint une cheminée trés étroite dans laquelle on se faufile en tachant d'en toucher le fond dès que possible. Michel y a cravaté un bloc coincé et a posé un excentric à son sommet. Relais sur deux pitons ou sur un arbre à gauche.4c/5a.

L5: dans un rocher orange, cette dernière longueur est magnifique. On croise un piton blanc tout en bas puis les fissures abondantes accueillent les coinceurs. L'escalade y est athlétique, la paroi étant verticale voire déversante. Le relais final s'effectue sur un arbre. 6a.

Nous avons choisi une approche par le bas en suivant un beau sentier bien tracé, bien qu'envahit par les buis (50mn). Le retour se fait alors en tirant tout droit dans la pente en gardant le cap à l'est pour rejoindre un sentier qui, à main gauche, conduit à la route où nous attendait notre véhicule.

En partant de bonne heure le matin, nous avons pu grimper toute la voie à l'ombre pour être accueilli par le soleil au sommet, sans souffrir de la chaleur.

Ascension le 7 juillet 2013.

Topo C2C: ici 

Photos dans l'album: Serre-chatelard--la-voie-du-diedre--le-retour- Serre-chatelard--la-voie-du-diedre--le-retour-

 

 

 Michel se bat avec un coinceur

P7070149 

 

Repost 0
Published by lescaladepourlesnuls.over-blog.com - dans Vercors
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 08:49

Cette vieille voie permet d'accéder au sommet du gendarme de la petite Cournouse en empruntant un réseau de fissures, cheminées et autres dièdres. L'équipement est plutôt aéré mais suffisant sauf dans la dernière longueur où la pose de coinceurs n'est pas superflue.

Cette vieille voie, nous la connaissons, Michel et moi, pour l'avoir déjà parcourue plusieurs fois.

Mais ce dimanche 9 juin 2013, nous avons décidé de la gravir (au maximum) sur coinceurs.

L1: je pars en tête, la traversée de la dalle lisse me paraît un peu trop engagée sans pouvoir placer une protection, je clippe la plaquette. Ensuite la fissure permet la pose facile de coinceurs.

L2: toujours en tête, pas de soucis sans toucher aux points en place.

L3: Michel en tête, il clippe un point dans un mur un peu raide, sinon l'apprentissage au TA (terrain d'aventure) prend bonne tournure.

L4: je repars dans une fissure malcommode mais où je parviens tout de même à placer quelques friends. Ensuite ça déroule.

L5: Michel attaque une fissure pas facile, place un friend puis cravatte un buis. Au-dessus, une dalle lisse l'oblige à clipper trois plaquettes de suite. On doit pouvoir contourner cette dalle par la gauche.

L6: alors que quelques gouttes commencent à tomber et que l'orage gronde de l'autre côté de la Vernaison, je me lance dans la longueur clé: une fissure verticale et athlétique. Tout sur coinceurs, le mental a tenu.

L7: sous une pluie battante et un vent de folie, j'avale la dernière longueur. Par chance, les prises de pied sont souvent à l'abri de la pluie. J'ai quand même pris le temps de placer quelques coinceurs.

J'assure Michel, qui n'a jamais grimpé aussi vite!

L'expérience est trés positive: nous avons utilisé le minimum de points en place et placé de façon efficace nos coinceurs (nuts,  friends et excentrics).

La descente en rappel commence par un coincement de corde et une remontée pour la decoincer, puis s'effectue sans encombre jusqu'au pied du gendarme.

La pluie a cessé, nous avons même le temps de sécher en retournant à la voiture.

 

Topo C2C: ici

 

Quelques photos, les autres dans l'album:

 

  Michel décoince dans L2 

P6090013

Repost 0
Published by lescaladepourlesnuls.over-blog.com - dans Vercors
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 08:59

Mardi 30 août 2011.

Une après-midi de rêve: grand beau temps, site toujours aussi bucolique, voie sympathique et Danielle de retour des îles (Kalymnos en l'occurence) en forme olympique!

Le pilier oublié dans la combe d'Oyans est une petite grande voie (sept longueurs) idéale pour occuper une telle après-midi, les relais sont très confortables, les longueurs un peu engagées mais pas trop, les pas difficiles bien protégés et le rocher plutôt bon (sauf dans la toute dernière longueur).

 

Topo C2C: ici  

 

    Danielle dans L1 

P1070466

 

 

 

Sortie de L3 P1070471

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by lescaladepourlesnuls.over-blog.com - dans Vercors
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 07:39

Quel plaisir de grimper avec Bernard!

Et en plus dans une voie très particulière.

Le dièdre de Serre Châtelard est une petite voie (par sa longueur), pas trop dure (5c max), pratiquement pas équipée (6 ou 7 pitons en place) dans le cadre magnifique du vallon de Combe Laval.

Ce n'est pas pour autant une voie à recommander à des débutants en terrain d'aventure, les protections sont faciles à poser... quand on sait les poser!

Les relais sont à construire, sur arbre ou sur coinceurs.

Et le gaz est bien présent.

 

Topo C2C: ici

 

Quelques photos:

 

Bernard dans l'attaque de L3

P1070452

 

 

  Dernière longueurP1070458

 

 

 

Repost 0
Published by lescaladepourlesnuls.over-blog.com - dans Vercors
commenter cet article
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 09:16

Mercredi 6 juillet 2011, un bovin meugle vers Barbières, quelques motos pétaradent sur la route du col de Tourniol, on entend les cyclistes discuter dans la montée, nous sommes seuls dans la face encore à l'ombre.

Le cadre est posé, ce sera une journée sans stress en la (très bonne) compagnie de Danielle.

L'objectif premier est la voie Seigneur-Valençot que nous ne connaissons ni l'un ni l'autre.

La première longueur est bien physique, du A0 en dévers. Ensuite c'est plus facile. L3 est très courte dans une fissure/cheminée pas très commode.

Le rocher n'inspire pas confiance et mérite d'être testé en permanence.

Topo C2C:ici

Quelques photos:

Danielle dans L2

Danielle dans L2

 

 

 Danielle au départ de L4

 

Départ de L4

 

 

Après un court repos au soleil au sommet de la voie nous descendons par la crête pour atteindre une brêche et plonger dans une descente bien raide. En bifurquant à droite nous retrouvons le pied de la falaise. Et si le pilier sud est bien ensoleillé nous avons la surprise de constater que les autres voies sont encore à l'ombre à 13h00.

Pour finir en beauté cette journée, nous attaquons le grand dièdre qui reste, pour moi, la voie la plus intéressante du site.

 

Topo C2C: ici

Quelques photos:

 Danielle dans L3

Danielle dans L3

 

 Le soleil nous rejoint dans L6

Départ de L6 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by lescaladepourlesnuls.over-blog.com - dans Vercors
commenter cet article
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 14:55

J'étais déjà venu gravir cette voie avec mon fils quelques années auparavant. Mais on ne se lasse pas de cette voie, toujours aussi sympa dans cette difficulté moyenne.

Les rappels ne sont pas à négliger et demandent à bien rester concentré jusqu'au bout.

Aujourd'hui, 5 mai 2010, la cordée magique est constituée de Julien et de Michel.

 

Topo C2C: ici

Julien dans L2

P1060223

 

 

 

 

Les cournouses

P1060228

Repost 0
Published by lescaladepourlesnuls.over-blog.com - dans Vercors
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lescaladepourlesnuls.over-blog.com
  • : Description illustrée de quelques voies d'escalade faciles dans les Alpes
  • Contact

Recherche

Catégories